La prevention en ostéopathie

L'état de "bonne santé", ne se caractérise pas seulement par l'absence de souffrances ressenties, mais aussi par l'absence de souffrances masquées.

 

Nous parlons de « terrain » pour définir une structure, (organe, muscle, viscère, articulation…) n’étant pas équilibrée, et s’appuyant sur son voisinage afin de mieux gérer cet état.

 

Prenons l’exemple des 5 vertèbres lombaires, et comparons les à cinq employés d’usine, chacun travaillant dans un même but ; le mouvement équilibré et indolore du corps, mais chacun affectés à différents postes et régulant différents aspects.

 

Supposons maintenant que l’un de ces employés ne soit pas en pleine forme ; pas malade, mais fatigué.

Il devient le « terrain » des troubles potentiels futurs :

Son état entraine une baisse de régime, une production légèrement amoindrie, qui force ses 4 autres collègues à mettre les bouchées doubles.

Aucun problème n’est ressenti au niveau de l’administration, et si l’on ne si attarde pas, l’usine semble fonctionner parfaitement.

 

Le problème arrive à la première difficulté (un employé tombe lui aussi malade, une surcharge de travail, des quotas augmentés…).

Capable de gérer pourtant sans problèmes les demandes précédentes, l’usine se heurte violement à cette variation, et devient incapable de répondre à la demande.

 

Retranscrivons tout ceci en langage « corps humain »

 

Votre cinquième lombaire est « affaiblie », cet affaiblissement peut venir d’une vieille crampe, d’une indigestion de la semaine passée etc... mais ne présente aucun signe douloureux.

Lors d’une marche, une chute pourtant banale, dont vous vous êtes relevé des centaines de fois auparavant vous bloque totalement le dos, déclenchant une vive douleur irradiante.

Le corps, incapable d’équilibrer les tensions a mis le pied sur le frein.

 

La prévention en ostéopathie a pour but de corriger ces défauts silencieux d’équilibrage, afin de donner toutes ses chances à votre corps dans la gestion des accidents quotidiens.